Mur-Mur

Balma (31)

Lieu
ZAC Garrigues Balma - Lot H-I - Balma (31)
Programme
Village de 149 logements (74 logements sociaux et 75 logements en accession) + 1 ERP (Secours Populaire Français) + jardins et potager partagés
Aménageur
OPPIDEA
Maîtrise d'ouvrage
PITCH Promotion + CDC Habitat
Maîtrise d'œuvre
MFR Architectes mandataire / Atelier ATP paysagiste / Groupe OCD (BET structure) / Néolia Ingénierie (BET fluides et thermique) / TECHNI'cité urbaine (BET VRD) / Terreauciel Agriculture urbaine & paysagisme comestible / Biocenys (BET biodiversité)
Nom commercial
Murmures
Surface
10 600 m² SDP dont 477 m² pour l'ERP (Secours Populaire Français)
Montant des travaux
14,6 M€ HT
Performance environnementale
NF Habitat HQE E2C1 - label biodiversité
Calendrier
Chantier en cours - livraison fin 2022
Images
YAM Studio
Mots clés
village - agriculture urbaine

 

Une rue intérieure, des venelles transversales, des placettes conviviales et des jardins potagers partagés organisent le projet et mettent à l’honneur le piéton et l’usage des extérieurs. Ce village de 149 logements s’élevant sur 1 à 3 étages rassemble toutes les qualités souhaitées : des parcours multiples, des perspectives changeantes, des matériaux locaux harmonieux (brique et tuile), une variété des espaces extérieurs, une alternance entre lieux de convivialité et d’intimité, une variation des toitures qui suivent l’orientation des logements…

Tous les accès ont été pensés pour permettre de circuler aisément et de rejoindre «au plus court » les logements à pied, en vélo ou en voiture. Des accès privatifs pour certains logements rappellent les maisons individuelles. Du fait de la forte déclivité du terrain, la composition du plan masse et l’importance des cheminements ont conduit à définir un nivellement respectueux du terrain naturel et optimum pour une infrastructure fonctionnelle.

Deux programmations de logements, libres et sociaux, dans un même ensemble architectural homogène s’articulent autour de deux typologies de bâtiments : un habitat collectif/intermédiaire et un habitat individuel/superposé. Les volumes sculptés offrent une double échelle par les reculs des étages, les loggias et terrasses qui définissent les qualités d’habiter à tous les niveaux : du sol avec jardin aux terrasses sur le toit en passant par les loggias généreuses des niveaux intermédiaires. Les toitures en pente complètent ce travail sur l’échelle décomposée des volumes bâtis. La forme urbaine est définie par le rythme de pleins et de vides qui donne une échelle humaine et maîtrisée à l’ensemble. La répétition ou le choix de singularité dans les cas particuliers composent les séquences d’espaces d’un ensemble équilibré et cohérent. La matérialité souligne la densité des formes et dessine le village.